Balzac et la Chine. La Chine et Balzac

Balzac et la Chine : la Chine et Balzac. Sous la dir. de Véronique Bui et Roland Le Huenen. Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2017. 240 p. ISBN : 979-1-0240-0715-1

Actes de la Journée d’études « Balzac et la Chine », tenue à la Maison de Balzac, à Paris, le 26 juin 2014.

« Mon père lisait les gros livres des jésuites missionnaires qui ont décrit la Chine les premiers », écrit Laure Surville dans la biographie qu’elle consacra à son frère: Balzac, sa vie et son œuvre d’après sa correspondance. Si la sinophilie de Bernard- François Balzac ne fait aucun doute, qu’en est-il pour l’auteur de La Comédie humaine? Quelle représentation de la Chine et des Chinois émerge de son œuvre à l’heure où « l’Europe chinoise », pour reprendre le titre d’Étiemble, s’est éteinte et alors que la sinophilie s’est désormais transformée en sinophobie? Sa vision de l’Empire du milieu évolue-t-elle au cours de cette période marquée par la déclaration de la première guerre de l’Opium?

C’est à ce questionnement que s’attachent historiens, comparatistes et spécialistes de la littérature du XIXe siècle ici réunis. Or, à la singularité de l’approche balzacienne de la Chine, répond le statut particulier de cet auteur dans un pays où l’hommage prit de multiples formes: politiques, idéologiques, mais aussi littéraires avec la publication remarquée en France et dans le monde du roman de l’écrivain chinois Dai Sijie, Balzac et la petite tailleuse chinoise. C’est dès lors à un regard croisé de Balzac vers la Chine et de la Chine vers l’œuvre de Balzac que cet ensemble d’études convie.

Plus d’informations


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *