Une rencontre à Pékin | Une autre Aurélia

Billeter, Jean-François. Une rencontre à Pékin. Paris : Allia, 2017. 160 p. ISBN : 979-10-304-0685-6

Billeter, Jean-François. Une autre Aurélia. Paris : Allia, 2017. 92 p. ISBN : 979-1-03-040682-5

Une rencontre à Pékin

« Je ressens une forte émotion en retrouvant ces moments ensevelis sous tant d’autres souvenirs. Pékin a perdu ses murs et ses portes, cette capitale qui fut l’une des plus belles de l’histoire n’a plus de visage. Et nul ne peut plus imaginer ce que fut un voyage comme le mien parce que l’ère des longs voyages vers l’inconnu est close. »
Dans ce récit, le sinologue raconte sa rencontre avec une jeune femme médecin, durant ses études à Pékin dans les années 60, avant la Révolution culturelle, et les obstacles qu’ils ont dû surmonter pour pouvoir se marier. Ce texte saisissant, aux épisodes rocambolesques, est aussi une façon d’évoquer une Chine qui n’existe plus. Il est en même temps l’histoire d’un apprentissage – de la découverte progressive d’une réalité politique et sociale qui devait rester cachée.
Dans une deuxième partie du récit, l’auteur évoque leur premier retour à Pékin, en 1975, dans une Chine exsangue et paralysée. Le dernier chapitre relate comment ils en apprennent beaucoup plus sur la réalité chinoise, à la faveur des fréquents retours qu’ils y font à partir des années 80, et comment ils découvrent enfin, bien après leur mort, la remarquable histoire de ses parents à elle, sous l’ancien régime. De ce fait, les trois chapitres forment à la fois un bref roman entièrement véridique et, de proche en proche, une initiation à un siècle entier d’histoire chinoise.

Plus d’informations

Une autre Aurélia

 »Supportes-tu la solitude ? me demandaient certains. Cette question me sidérait, car Wen était extraordinairement présente – mais d’une présence devenue changeante et imprévisible. Cette instabilité nouvelle m’occupait tant qu’il m’importait peu d’être incompris des autres. J’avais vécu en eau calme, je naviguais maintenant sur des eaux agitées et irrégulières où des tourbillons pouvaient m’engloutir. J’avais besoin de tous mes esprits pour me maintenir. »
Jean François Billeter livre dans ce bref ouvrage une partie des notes qu’il a prises depuis la mort subite de son épouse, il y a bientôt cinq ans. Ce sont des observations précises sur le rôle joué par l’émotion, l’imagination et la mémoire dans de telles circonstances, et sur les « opérations salvatrices » qui créent d’elles-mêmes de nouveaux équilibres. Mais ces notations n’éclairent pas seulement une expérience qui n’a jamais été abordée de cette façon-là, car elles nous en disent autant sur notre rapport à l’autre quand il est présent que quand il n’est plus là. La disparition de l’être aimé nous apprend « de quoi nous sommes faits ».
Le titre est une allusion à l’Aurélia de Gérard de Nerval, brève œuvre posthume que les surréalistes ont tirée de l’oubli.

Plus d’informations

Compte rendu de ces deux récits par Claire Devarrieux. Wen : éternelle présence, Libération, 23 août 2017. [En ligne] URL : http://next.liberation.fr/livres/2017/08/23/wen-eternelle-presence_1591509 (consulté le 24 août 2017)


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *