Une révolte postcoloniale entre Chine et Japon. Legs impériaux dans le soulèvement taiwanais de 1947

Louzon, Victor. Une révolte postcoloniale entre Chine et Japon : legs impériaux dans le soulèvement taiwanais de 1947. Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 136, n° 4, 2017, pp. 85-97. URL : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2017-4-page-85.htm

Résumé/Abstract

À Taiwan, la fréquence des références positives au passé colonial japonais (1895-1945) s’enracine dans une histoire longue. Après une phase de violence ouverte, la domination japonaise (qui reste coercitive et discriminatoire) connut une pacification relative, puis élargit sa base sociale durant la Seconde Guerre mondiale. Le pouvoir chinois qui s’installa en 1945 reconduisit certains traits de la domination coloniale, sans en égaler l’efficacité. En 1947, la population taiwanaise se souleva en puisant dans les répertoires d’action développés sous la colonisation. La violence de la répression s’explique par la radicalisation de l’inimitié sino-japonaise pendant la guerre, et par la volonté chinoise de solder le passé colonial de l’île.

In Taiwan, positive references to the Japanese colonial period (1895-1945) are frequent, and belong a long history. Following a phase of open violence, Japanese rule (while remaining coercive and discriminatory) grew to embody a more peaceful existence. It then broadened its social base during the Second World War. After replacing the Japanese in 1945, Chinese authorities reproduced some features of colonial rule, but failed to emulate its efficiency. In 1947, the Taiwanese revolted, drawing on the repertoires of action they had developed under colonisation. The disproportionate violence used to quell the rebellion revealed the radicalisation of Sino-Japanese enmity during the war, as well as Chinese determination to settle the island’s colonial past.

Lire l’article sur Cairn.info (accès restreint) :

  • pour les membres de l’UMR CCJ, accès en ligne via BibCnrs ou via l’ENT de l’EHESS

Victor Louzon est chercheur associé au Centre d’histoire de Sciences Po.


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *