Feng Zikai, un caricaturiste lyrique : dialogue du mot et du trait

Laureillard, Marie. Feng Zikai, un caricaturiste lyrique : dialogue du mot et du trait. Postface de Danielle Elisseeff. Paris : L’Harmattan, 2017. (Coll. « L’univers esthétique »). ISBN : 978-2-3431-3586-1

Présentation

Caricaturiste, auteur de bandes dessinées, peintre, illustrateur, Feng Zikai (1898-1975) pose face à face le mot et le trait. Considéré comme l’inventeur d’un genre artistique nouveau, le manhua, néologisme chinois emprunté au japonais (manga) dans les années 1920, il demeure profondément attaché à l’héritage de l’encre et du pinceau du lettré, même si son éclectisme l’ouvre à diverses sources d’influence, nationales comme étrangères, classiques comme modernes. Grand amateur de poésie, il élabore une caricature au style sobre et naïf, empreinte de lyrisme et d’humour, inspirée de modèles occidentaux et japonais et à laquelle il confère une identité chinoise. Il est aussi un écrivain, auteur d’essais sur l’art et de nombreux récits sur le quotidien qui créent un dialogue continu avec ses manhua.

En cette période troublée de l’histoire de Chine qu’est l’époque républicaine (1911-1949), durant ses vingt-cinq premières années de création, Feng Zikai transmet une philosophie de vie marquée par le bouddhisme, mais aussi par un idéal de naturel et de spontanéité qui plonge ses racines dans le taoïsme. Non par refus de la réalité mais au contraire pour mieux l’affronter, il s’efforce d’adopter le regard d’un enfant, artiste né, qui « regarde les fleurs en souriant, entend la langue des oiseaux, invite la lune à boire avec lui et ouvre sa porte pour accueillir les nuages ».

Plus d’informations


Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *