Le care sous contrainte. La prise en charge de la dépendance par des travailleuses migrantes dans une maison de retraite taïwanaise

Lee, Shao-fen. Le care sous contrainte : la prise en charge de la dépendance par des travailleuses migrantes dans une maison de retraite taïwanaise. ethnographiques.org, n° 35 – Vieillir en institution, vieillesses institutionnalisées : nouvelles populations, nouveaux lieux, nouvelles pratiques [en ligne]. URL : http://www.ethnographiques.org/2017/Lee (consulté le 17 janvier 2018)

Résumé

À partir d’une enquête qualitative menée dans une maison de retraite à Taïwan, cet article analyse la condition des travailleuses migrantes du care. Trois échelles d’analyse sont mises en œuvre. D’abord une échelle institutionnelle qui, constituée par la politique d’ethnicisation de la prise en charge de la dépendance à Taïwan, prive de liberté les travailleuses migrantes et permet aux structures qui les emploient d’en faire des recluses. Ensuite une échelle organisationnelle qui, définissant les conditions d’emploi des travailleuses migrantes, dicte la manière dont le travail de care est effectué. Ces conditions de travail et d’emploi sont tributaires de structures de pouvoir dominées par l’État taïwanais, les agences de placement et les institutions de soin. Enfin une échelle biographique qui, par le biais de l’étude du cas d’une travailleuse migrante, révèle que le manque généralisé de « capacité à se soucier de soi » chez les travailleuses migrantes réduit leur capacité d’agir dans leur activité de souci des autres.

Abstract

“Care under constraint. Migrant worker care for the dependent elderly in a Taiwanese nursing home.” Based on a qualitative survey carried out in a Taiwanese nursing home, the article analyzes the conditions of migrant care-workers. Three scales of analysis are mobilized. On the institutional level, the racialization of the long-term care system in Taiwan deprives migrant care-workers of their freedom, the nursing home becoming a total institution with the workers as its inmates. Second, at the organizational level, care work and the employment of migrant care-workers are embedded within structures of power dominated by the Taiwanese government, recruitment agencies and the total institution. Finally, biographical analysis of a migrant care-worker’s life trajectory suggests that the collective lack of capability to care for oneself on the part of migrant care-workers limits their capability to provide care for others.

Lire l’article (accès libre)

Sommaire du numéro 35 (2018)


Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *