Panorama de la bande dessinée chinoise – Des « images enchaînées » venues d’ailleurs

Panorama de la bande dessinée chinoise – Des « images enchaînées » venues d’ailleurs.

Exposition au Centre Belge de la Bande Dessinée-Musée de la BD (Bruxelles), du 13 février au 9 septembre 2018.

Commissaires de l’exposition : J.-C. De la Royère et Luo Yiping.

Exposition organisée en collaboration avec China Arts and Entertainment Group.

Présentation

Convaincu depuis longtemps par la nécessité de lui consacrer un jour une grande exposition, le Centre Belge de la Bande Dessinée présente un Panorama de la bande dessinée chinoise. Véritable événement soutenu par les autorités chinoises cette production du CBBD met en valeur la richesse exceptionnelle d’un art dont les ramifications vont de la calligraphie et des légendes illustrées à l’industrie du « manga ». Résultat de plusieurs années de préparation et de voyages d’études, cette exposition qui n’aurait pas pu voir le jour sans la participation du « China Arts and Entertainment Group » répond à cette question simple : Que lisent les Chinois ? Lisent-ils des bandes dessinées ? Cet art est-il aussi populaire à Beijing qu’à Bruxelles ?

Alors que le plus ancien livre illustré chinois, reproduit par xylographie, date de l’an 868, bien avant l’invention de l’imprimerie par Gutenberg, le manhua (la bande dessinée chinoise) a véritablement pris son essor dans la première moitié du XXe siècle, comme en Belgique. Monsieur Wang, le premier héros récurrent de la BD chinoise, est apparu en 1929, la même année que Tintin. Quant à San Mao, le personnage chinois le plus célèbre, il a été créé en 1935, en même temps que le Lotus bleu, l’aventure de Tintin en Chine !

Mais la bande dessinée chinoise, ce sont aussi les lianhuanhua, dont le principe est hérité d’une tradition millénaire du récit en images. Petits fascicules de format 12,5 x 10 cm à vocation populaire, ils renferment un récit complet composé d’une illustration et d’un récitatif par page. Souvent mal imprimés à des millions d’exemplaires, ils recèlent des illustrations qui sont de véritables petits chefs-d’œuvre.

L’ouverture de la Chine au marché global, à l’aube du XXIe siècle, a provoqué la découverte de la BD européenne, américaine et japonaise, donnant de nouvelles sources d’inspiration aux auteurs qui adoptèrent le principe des planches découpées en cases intégrant les dialogues. Tandis qu’un public d’initiés adultes s’intéresse à une BD d’inspiration occidentale, les jeunes générations se passionnent pour le style manga asiatique, nourries depuis l’enfance par les dessins animés japonais.

En Chine comme en Europe occidentale, quels que soient les genres qu’ils pratiquent, ce sont les auteurs les plus doués qui finissent par s’imposer. Sélectionnés sur une population d’un milliard trois cent millions d’habitants, il y a une forte probabilité de découvrir dans cette exposition quelques-uns des meilleurs auteurs de la planète.

Plus d’informations sur le site du CBBD-Musée de la BD


Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *