Un défricheur méconnu des études Extrême-Orientales : Maurice Courant (1865-1935)

Daniel, Bouchez, « Un défricheur méconnu des études Extrême-Orientales : Maurice Courant (1865-1935) », Journal Asiatique 271 (1983) 43-150.

Les orientalistes se souviennent de Maurice Courant comme de l’un de leurs devanciers, qui vécut au début de ce siècle et à qui l’on doit quelques travaux estimables. À ceux d’entre eux qui s’intéressent à la Corée, son nom évoque en outre et surtout une étonnante et monumentale Bibliographie coréenne1, que cet auteur publia de 1894 à 1901. Mais, même pour ceux-ci, Maurice Courant n’est guère plus qu’un nom. Tous, un jour ou l’autre, ont eu à s’avouer incapables de répondre aux questions que leur posent parfois à son sujet leurs amis coréens. Quel homme, leur demandent-ils, était ce jeune agent consulaire du siècle dernier qui a réalisé en si peu de temps sur notre pays un outil de référence aussi durable ? S’est-il, après un tel coup de maître, désintéressé de la Corée ? Pourquoi enfin en savons-nous si peu sur lui ?

Lire le texte intégral de l’article sur HAL-SHS


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *