Nationalismes en Chine et au Japon et implications pour les relations bilatérales

Nationalismes en Chine et au Japon et implications pour les relations bilatérales par Alice Ekman et Céline Pajon. Asie Visions 70, juillet 2014.

      -2  Le facteur nationaliste apparaît comme une composante importante des frictions grandissantes opposant la Chine et le Japon. Dans cette étude, Alice Ekman, spécialiste de la Chine et Céline Pajon, spécialiste du Japon, toutes deux chercheurs au Centre Asie Ifri offrent leur analyse du déterminant nationaliste dans la relation nippo-chinoise, et avancent des hypothèses sur son évolution future.

Au Japon, la montée en puissance du néonationalisme, qui comporte une dimension antichinoise significative, ne doit pas être caricaturée comme celle d’un militarisme agressif. Elle reste en outre fortement contenue par les garde-fous démocratiques.

En Chine, Xi Jinping emploie avec vigueur des concepts à connotations patriotiques et nationalistes. Toutefois, l’utilisation du nationalisme antijaponais par le Parti ne doit pas être surestimée : il est toléré dans une certaine mesure, mais contrôlé voire réprimé dès que les risques de débordements apparaissent.

Le nationalisme est un facteur parmi d’autres dans la mise en place de la politique étrangère chinoise et japonaise. D’autres éléments clés doivent être pris en compte, qui le modèrent ou au contraire l’exacerbent. L’accélération des temps des nationalismes et des provocations se combinent aux perceptions de plus en plus antagonistes pour accroître le dilemme de sécurité.

Plus d’information sur le site de l’IFRI


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *