Le point de vue chinois sur les enjeux des barrages chinois sur le Mékong

Alexeeva, Olga et Yann Roche. « Le point de vue chinois sur les enjeux des barrages chinois sur le Mékong ». L’Espace Politique [En ligne], 24 | 2014-3, mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 26 janvier 2015. URL : http://espacepolitique.revues.org/3268 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3268

© Olga Alexeeva, Yann Roche

© Olga Alexeeva, Yann Roche

Les enjeux politiques, économiques et environnementaux de la gestion du fleuve international qu’est le Mékong sont nombreux et complexes mais ceux liés à l’exploitation du potentiel hydroélectrique du fleuve sont particulièrement sensibles. L’accent est mis ici sur la question des barrages que la République Populaire de Chine a construits et entend continuer de construire sur la portion du Mékong qui traverse son territoire, appelée Lancang Jiang. Si la question a déjà été maintes fois abordée, il s’agit de faire le tour de la question en mettant de l’avant le point de vue chinois, suite à une recherche documentaire approfondie effectuée sur place. Les objectifs des autorités de Pékin sont présentés à la lumière des nouvelles priorités définies par le XIIe plan quinquennal, lequel prône un développement économique plus durable et l’exploitation d’énergies plus vertes, ce qui inclut la priorisation de l’hydroélectricité. Le cas de la province du Yunnan, où sont situés la plupart des barrages chinois sur le Mékong, est particulier, tant du point de vue de l’état de son développement hydroélectrique, que de sa position intermédiaire délicate, coincée entre les décisions des autorités nationales et le mécontentement des pays situés en aval. Ces barrages ne sont pas seulement une affaire nationale ou provinciale, ils sont à l’origine d’un contentieux avec les pays d’Asie du Sud-Est en aval. La Chine demeure sur ses positions, même si elle propose certains partenariats et elle met avant tout de l’avant les côtés positifs de cette « cascade de barrages » qu’elle a bien l’intention d’achever. Concilier besoins énergétiques croissants, velléités de développement durable, changements climatiques et relations régionales oscillant entre hostilité, méfiance et nécessité de collaborer efficacement est pour le moment une tâche complexe mais que Pékin semble arriver à mener à bien. Reste à savoir si l’évolution de la consommation énergétique nationale et les effets réels des barrages sur l’environnement régional vont donner raison aux autorités chinoises ou au contraire rendre leur position intenable, et ce dans un avenir qui pourrait être relativement proche.

Lire l’article sur Revues.org (texte intégral)

 


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *