Trésors méconnus des studios d’art de Shanghai

Nezha nao hai, WANG Shuchen 1979. Archives cdccparisMarie-Claire Kuo (Quiquemelle) , Centre de documentation sur le cinéma chinois de Paris

En 1957, le gouvernement chinois transforme le département Animation des Studios cinématographiques de Shanghai en une compagnie indépendante à laquelle son directeur, le peintre caricaturiste Te Wei, donne le nom de Studios d’art de Shanghai pour bien marquer le caractère artistique d’une institution dont la mission est de produire, à l’intention des enfants, des films éducatifs susceptibles de développer leur sentiment artistique tout en les divertissant.

Les nouveaux studios sont divisés en trois sections : le dessin animé, les poupées et les découpages articulés, une nouvelle technique que Wan Guchan, récemment rentré de Hongkong, est en train de mettre au point. Le développement est très rapide et, au début des années 1960, les Studios d’art de Shanghai ont un effectif de 360 personnes, comparable à celui des studios Disney.

Désireux de se démarquer des modèles américains et soviétiques, les animateurs chinois décident très tôt de créer un modèle chinois s’inspirant des formes multiples des arts traditionnels de leur pays :

– les arts du lettré (calligraphie et peinture traditionnelle à l’encre rehaussée de couleur)

– le dessin moderne qui s’est développé grâce à l’imprimerie industrielle et s’est généralisé sous forme d’encarts publicitaires, d’illustrations, de bandes dessinées, de caricatures…

– les arts décoratifs populaires (papiers découpés, papiers pliés, estampes, jouets de bois, bambou ou tissu, etc.)

– le théâtre d’ombres, le théâtre de marionnettes et les nombreuses formes de théâtre chanté, que, par commodité, nous appelons l’opéra.

Dans le même état d’esprit, les films d’animation vont explorer la grande diversité des sources d’inspiration qu’offre la culture chinoise : la littérature classique et moderne, les contes pour les enfants ; les bandes dessinées ; les légendes des peuples minoritaires, l’opéra et le théâtre de marionnettes… Une grande attention est apportée à la rédaction des scénarios, toujours extrêmement bien écrits et mis en scène. Particulièrement bien adaptés aux sujets traités, les décors des films sont extrêmement soignés tandis que l’action est soutenue par des musiques originales très diversifiées, généralement interprétées par l’excellent orchestre des Studios cinématographiques de Shanghai.

Pour la plupart inédits en France, comme dans les autres pays occidentaux, les films sélectionnés dans l’édition 2015 du Festival international de La Rochelle vont séduire les enfants, petits et grands, mais ils ont aussi tout ce qu’il faut pour fasciner les adultes. Source de fraîcheur, de beauté et d’harmonie, ce cinéma transporte le spectateur dans un monde poétique et plein d’humour… Voir ces chefs-d’œuvre, dont beaucoup étaient devenus introuvables, est un bonheur, mais aussi un privilège rare auquel personne ne devrait rester insensible. Les Studios d’art de Shanghai ont fourni un effort particulier de restauration et de tirage de nouvelles copies en collaboration avec le CDCC Paris. Qu’ils en soient ici remerciés !

Lire la suite


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *