I was here, tourisme de la désolation

Ambroise Tézenas1, Tourisme de la désolation, Actes Sud, 2014; « I Was Here », Dewi Lewis Publishing, 2014.
Rencontres d’Arles 2015, Exposition présentée à la Grande Halle, parc des Ateliers. grande halle

  • 6 juillet – 20  septembre 10h-19h30

Quand le devoir de mémoire tourne au voyeurisme…. Il y a parfois quelque chose d’insoutenable dans le travail passionnant d’Ambroise Tézenas. Non pas ses photos en tant que telles, remarquablement composées, d’une belle justesse et d’une impeccable dignité, mais dans ce qu’elles révèlent de notre monde. Car le photographe a documenté ces lieux de commémoration où se sont produites les pires horreurs du XXe siècle, du circuit commémoratif du génocide rwandais à Auschwitz, en passant par Tchernobyl. Dans la ligne de mire de Tézenas : l’attitude des touristes qui s’emparent de ces sites avec une voracité obscène pour prendre une photo choc, rejouer une scène de torture dans une ancienne prison soviétique des pays baltes. Sans parler des « J’étais là » gravé sur les murs du musée du camp de concentration. Terrifiant.

wenchuan

  1. Diplômé de l’École d’arts appliqués de Vevey (Suisse) en 1994, il s’installe à Londres puis à Paris où il collabore avec la presse française et internationale. Sa première monographie, « Pékin, théâtre du peuple » (Actes Sud, 2006), remporte la 13e édition du European Publishers Award for Photography (EPAP). Collaborateur régulier depuis 2007 du New York Times Magazine, Ambroise Tézenas est représenté en France par la Galerie Mélanie Rio. []

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *