« Mystères urbains » en France, «Mystères urbains » en Chine : des perspectives incomparables ?

Daniel, Yvan et Lo, Shih-Lung. « Mystères urbains » en France, « Mystères urbains » en Chine : des perspectives incomparables ? [résumé en chinois disponible]». In Dominique Kalifa et Marie-Ève Thérenty (dir.), Les Mystères urbains au XIXe siècle : circulations, transferts, appropriations. [En ligne] Médias 19 , mis à jour le : 21/02/2015. URL : http://www.medias19.org/index.php?id=17803.(Consulté le 29 octobre 2015)

Plan du chapitre

  • Contextes historiques, politiques et culturels
  • Naissance de la presse moderne en Chine
  • Traduction et diffusion des œuvres occidentales dans la presse
  • Les Mystères de Paris d’Eugène Sue découverts par les Chinois
  • Mystères urbains : héritage littéraire, inspiration de l’étranger
  • (ZH) 中法文学的“城市秘辛”:不可比较的视角?

LapinBlancLe genre narratif fut longtemps mésestimé par la tradition lettrée chinoise et c’est en 1923-1924 seulement que l’écrivain et critique Lu Xun 鲁迅 (1881-1936) publia ce qui est considéré comme la première histoire littéraire en ce domaine, sous le titre de Brève Histoire du roman chinois. Au début de cet ouvrage, l’auteur explique d’abord que la plus ancienne occurrence du mot qui signifiera « roman », xiaoshuo小说, désigne à l’origine dans le Zhuangzi 庄子les discours qui permettent de s’attirer la gloire, mais par des propos futiles, des histoires anecdotiques, sans réelle profondeur. Confucius, de la même façon, s’était détourné de l’anecdote littéraire, et avait conseillé de faire de même : « Si étroits que soient les chemins, ils méritent d’être explorés, mais à aller trop loin, il faut redouter de s’enliser. Aussi l’honnête homme ne s’y engage-t-il pas. (虽小道,必有可观者焉,致远恐泥。是以君子不为也)1.»Ces réticences de la tradition n’empêchent pas évidemment une immense production tout au long de l’histoire chinoise :par la suite, le sens du terme xiaoshuo évolue pour regrouper les récits d’événements surnaturels ou extraordinaires, des récits et des anecdotes très diverses, en prose, qui peuvent être brefs et ainsi rappeler les formes occidentales du « conte » ou de la « nouvelle ». On range aussi dans les xiaoshuo les essais, les compositions à sujet moral, esthétique ou littéraire, de même que les textes critiques et les remontrances.

Lire le texte intégral de l’article sur Médias 19

Lo Shih-Lung est l’auteur de La Chine sur la scène française au XIXe siècle (Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2015, 216 p). Description de l’ouvrage.


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *