Habiter entre marginalité et invisibilité : les immigrés chinois en sous-location en banlieue parisienne

Juan Du ((Doctorante, Unité de recherches Migrations et société, URMIS, Université Paris Diderot)), « Habiter entre marginalité et invisibilité : les immigrés chinois en sous-location en banlieue parisienne », Cahiers de l’Urmis [En ligne], 15 | juillet 2014, mis en ligne le 10 juillet 2014, consulté le 13 janvier 2016. URL : http://urmis.revues.org/1268

Résumé

Cet article présente une recherche pionnière sur l’habitat des immigrés chinois précaires ; il s’appuie sur une enquête dans un quartier populaire en banlieue parisienne, où l’on observe une forte concentration d’immigrés chinois. Cet article présente tout d’abord une description d’un quartier « excentré » et de ses habitants chinois, qui peuvent être classés en trois catégories. Parmi ces habitants chinois, il est fréquent qu’un seul appartement soit partagé par plusieurs personnes ou même plusieurs familles. Il existe une relation de pouvoir entre des « bailleurs », le plus souvent locataires officiels, et les « locataires », le plus souvent sous-locataires.
Ensuite, en comparant deux types d’habitants chinois, ceux qui vivent en famille et ceux qui vivent seuls, l’article montre que l’habitation à la marge n’est pas seulement une représentation spatiale d’un groupe d’immigrés en grande précarité socio-économique, elle participe elle-même à ce processus de marginalisation ; elle rend même les sous-locataires chinois « invisibles ». Enfin, il s’agit d’envisager les potentielles sorties de la précarité pour les sous-locatairesPlan


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *