Shanghaï-Belleville

Show-Chun Lee est Taiwanaise ; elle est arrivée en France en 1991 pour ses études à l’Institut National des Arts Contemporains- Le Fresnoy, puis des études d’anthropologie à l’EHESS. Depuis, elle réside en France. Elle a travaillé comme assistante auprès de Tsaï-Ming Liang, des frères Larrieu, de Frédéric Balekdjian, et étudié l’oeuvre de Hou Hsiao-Hsien, avec son portrait Métro Lumière. Elle réalise de nombreux documentaires sur l’immigration clandestine comme Ma vie est mon vidéo-clip préféré et Une jeune fille est arrivée, ainsi que des enquêtes sur l’esclavage moderne commandées par le Bureau International du Travail / ONU. Elle collabore aussi à l’écriture de téléfilms pour Canal +.

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Le rideau est tombé sur le cinéma Saint-Lazare-Pasquier (IXe). Criblé de dettes, le gérant a mis la clé sous la porte ce mardi.Ce cinéma, construit dans les années 1930 au cœur du quartier Haussmann, avait pourtant réussi à fidéliser un public grâce à une programmation d’art et d’essai et des tarifs compétitifs. Face aux complexes cinématographiques parisiens, ce petit cinéma de trois salles (130 places pour la plus grande et 100 et 50 places pour les deux autres), exploité depuis dix-huit ans par le compositeur, producteur et exploitant Galeshka Moravioff semblait résister envers et contre tout. Quelque 90 000 cinéphiles faisaient la queue chaque année pour assister à la projection de films d’auteurs. La programmation grand public n’était pas oubliée. Mais les succès du box-office n’ont pas permis d’atteindre la barre des 115 000 spectateurs qui était l’objectif fixé pour parvenir à l’équilibre. A cela s’est ajoutée une dette de loyer qui a atteint 200 000 € en 2015. La faute aux subventions qui ont tardé à venir. « Je comptais sur les aides financières du CNC pour financer les travaux de numérisation et de modernisation de mes 25 salles (à Paris et surtout en Province) mais les subventions ont été bloquées en 2012 alors que j’avais déjà engagé les travaux », s’énerve Galeshka Moravioff qui s’est pourvu en justice et les tribunaux lui ont donné raison.
    Lire la suite :

    http://m.leparisien.fr/paris-75/paris-75009/paris-ecran-noir-au-cinema-saint-lazare-pasquier-26-01-2016-5487685.php#xtor=RSS-1481423633

  2. Attention le cinéma Pasquier Anjou est définitivement fermé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *