Entrepreneurs africains et chinois : les impacts sociaux d’une rencontre particulière

Entrepreneurs africains et chinois : les impacts sociaux d’une rencontre particulière. Sous la dir. de Karsten Giese et Laurence Marfaing. Paris : Karthala, 2016. 384 p. (« Hommes et sociétés »). ISBN : 978-2-8111-1549-4

entrepreneurs-africains-et-chinois-les-impacts-sociaux-d-une-rencontre-particuliereLa Chine et l’Afrique sont les deux faces complémentaires d’une même pièce représentant une mondialisation commerciale spécifique. On le sait, depuis une quinzaine d’années maintenant, nombreux sont les petits entrepreneurs chinois qui se sont installés en Afrique. Ce qui, en revanche, est moins connu, c’est que dans ce même laps de temps un grand nombre d’opérateurs économiques africains ont choisi la Chine pour y chercher des occasions d’affaires.

L’impact de cette rencontre des entrepreneurs transnationaux chinois et africains n’a pas jusqu’à présent suscité beaucoup d’intérêt auprès des chercheurs. Pourtant les opportunités qui en émergent ont un effet stimulateur sur les adaptations sociales et, avec les importations des produits fabriqués en Chine, jouent un rôle évident sur les imaginaires. Les auteurs proposent ici une nouvelle perspective issue d’un riche corpus d’études empiriques menées ces dernières années, en Afrique comme en Chine, par des chercheurs originaires d’Europe, d’Afrique, de Chine ou encore d’Amérique du Nord, et venus de divers horizons disciplinaires.

En incarnant la mondialisation par le bas dans leurs pratiques économiques transnationales, ces entrepreneurs sont porteurs de transformations dans leurs sociétés respectives. Et cela dans des domaines aussi divers que l’évolution des normes et des pratiques, les stratégies pour l’accès aux ressources, les habitudes de consommation, les modes, les goûts et les manières de vivre. Communément répertoriées sous l’expression générique de « mobilité Sud-Sud », la rencontre et les interactions entre entrepreneurs africains et chinois ne sont plus considérées uniquement dans une perspective d’intégration dans la société d’accueil. Elles représentent un phénomène nouveau qui révèle les contours d’une rencontre toute particulière, introduisant les entrepreneurs africains dans un univers économique élargi, au-delà des relations commerciales avec l’Europe.

Plus d’informations

GIGA (German Institute of Global and Area Studies)


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *