IDEO 7 : Mondes perdus, mondes rêvés

IDEO 7 : Mondes perdus, mondes rêvés (Appel à contributions)

天下圖Dans son n° 5, Impressions d’Extrême-Orient avait déjà abordé la nostalgie qu’on pouvait éprouver en se remémorant les saveurs des plats dégustés dans un passé révolu. La revue en ligne de l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » de l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia) veut à travers ce nouveau numéro approfondir cette approche de l’évocation des sentiments nés du souvenir nostalgique, mais aussi ouvrir un nouvel espace d’exploration, celui de l’utopie et ainsi donner aux « mondes perdus » et à leurs évocations littéraires, un contre-point thématique, celui des « mondes rêvés ».

Mondes perdus, mondes rêvés

Comme l’écrivait Blaise Pascal (1623-1662), « que chacun examine sa pensée, il la trouvera toujours occupée au passé et à l’avenir » (Blaise Pascal, Pensées, 1670), c’est pourquoi, de tout temps et en tout lieu, l’avenu et l’avenir sont au cœur des préoccupations humaines. Insatisfaits du monde qui nous entoure, nous marchons sur la route où se mire l’oubli de l’actualité, tous en quête de l’équinoxe où nos rêves compenseront notre réalité. Que du feu de notre quotidien, nos rêves soient l’étincelle ou la braise, voilà qui n’a guère d’importance ici, pour ce nouveau numéro de la revue d’Impressions d’Extrême-Orient, puisque tous deux ont coexisté à travers les âges et les frontières.

De La République de Platon (428-347 av. J.-C.) à Utopia (1516) de Thomas More (1478-1535), en passant par Les Villes invisibles (1972) d’Italo Calvino (1923-1985), nombre de littératures se sont perdues dans des mondes rêvés ; du Voyage au centre de la Terre (1864) de Jules Verne (1828-1905) au Sixième continent (1918) d’Edgar Rice Burroughs (1875-1950), en passant par Horizon perdu (1933) de James Hilton (1900-1954), ont rêvé à des mondes perdus. Mais qu’on ne s’y méprenne pas, ces mondes rêvés peuvent aussi bien dépeindre des utopies aux réalités idéales et sans défaut que des utopies dysfonctionnelles virant au cauchemar. De même, ces mondes perdus peuvent à la fois désigner la nostalgie éprouvée envers ces mondes eux-mêmes, aussi bien que celle ressentie envers ce et ceux qui les composent, tels que des événements, des lieux, des traditions ou des êtres qui ne sont plus.

Bien entendu, les littératures d’Asie ne font pas exception, puisque ces mondes, qu’ils soient rêvés ou perdus, ont également été l’objet de nombreux écrits. On pense notamment, pour le cas de la Chine, au « monde de la grande unité » confucianiste, le Da tong 大同 de Kang Youwei 康有為 (1858-1927), à La Source des fleurs de pêchers, le Taohua yuan ji 桃 花源記 de Tao Yuanming 陶淵明 (vers 365-427), qui reprend l’idéal taoïste ; ou encore au concept de la « terre de Bouddha » bouddhiste, Jingtu 净土.

Calendrier

  • Date limite de réception des propositions : 31 mars 2017
  • Expertise : jusqu’à fin juin 2017
  • Édition : été 2017
  • Mise en ligne : 15 septembre 2017

Les propositions sont à envoyer à : Pierre.Kaser@univ-amu.fr

Pour plus d’informations, lire l’intégralité de l’appel à contributions


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *