La circulation des objets émaillés entre la France et la Chine (fin XVIIe – milieu XIXe siècle)

La circulation des objets émaillés entre la France et la Chine (fin XVIIe – milieu XIXe siècle) : Interactions technologiques, culturelles et diplomatiques

Programme international de recherche en partenariat avec le musée du Palais de Pékin

cropped-p1019554_5

Projet

Le programme de recherche a pour objectif de proposer une histoire « à parts égales » de la circulation des objets émaillés et des techniques de l’émail entre la France et la Chine de la fin du XVIIe au milieu du XIXe siècle.

Il consiste en recherches simultanées et croisées menées par une équipe internationale et pluridisciplinaire autour des objets émaillés sur tous supports, produits en France ou en Chine, appartenant aux anciennes collections du Palais de Pékin et aux musées français. Y sera intégré l’apport des exploitations novatrices des documents archéologiques, textuels, visuels et physico-chimiques.

Il s’agit donc d’une étude connectée à double sens :

  • a) du point de vue du transfert entre métiers, en abandonnant les approches classiques circonscrites selon la matière du support ou la technique décorative pour proposer une étude transversale des diverses techniques de l’émail selon une logique opératoire ;
  • b) du point de vue spatial : c’est la première fois que les meilleurs spécialistes chinois et français se réunissent pour s’interroger sur les possibles liens entre les pratiques techniques de l’émail en France et en Chine.

En outre, cette étude transnationale se distingue par l’exploitation et la confrontation de deux ensembles de données totalement nouvelles : les archives chinoises et françaises d’un côté et les données physico-chimiques de l’autre.

Concrètement, les recherches s’organiseront autour de trois axes :

  • a) L’axe « Identification, restauration et reconstitution : les objets comme sources » s’organisera autour de l’étude des émaux chinois et français de collections du musée du Palais de Pékin et de musées français, en intégrant les apports de l’archéologie, des études stylistiques, de la restauration et des analyses physico-chimiques  ;
  • b) L’axe « Les écrits et les techniques » regroupera les études des sources écrites et s’interrogera sur la pertinence des différentes catégories de sources, en particulier les archives manuscrites, dans la compréhension des techniques artisanales ;
  • c) L’axe « Transferts, techniques et territoires » étudiera les modes de transmission des techniques entre les différents métiers de finition et entre la Chine et la France dans le but d’interroger les divers types de circulation.

Coordination

  • Bing ZHAO, CNRS, CRCAO UMR 8155, Paris (France) et Guangyao WANG, Directeur adjoint, Institut d’archéologie, musée du Palais de Pékin, Pékin (Chine).

Présentation du programme de recherche sur le site du CRCAO

Consulter le Carnet


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *