L’usage du Tao

Fava, Patrice. L’usage du Tao : récit d’un voyage intérieur entre l’Orient et l’Occident. Paris : JC Lattès, 2018. 350 p. (Coll. « Essais et documents »). ISBN : 978-2-7096-6166-9

Note de l’éditeur

Après avoir côtoyé les milieux taoïstes de Chine pendant des années, Patrice Fava, sinologue et anthropologue, se retire dans un ermitage au cœur de l’Ardèche. Depuis sa maison au milieu des collines et des arbres, temple taoïste et observatoire de la nature, il tient un journal en forme de promenade intellectuelle, dans lequel il fait dialoguer l’Orient et l’Occident, les grands représentants de la culture chinoise et les penseurs de notre modernité, de Zhuangzi à André Breton, de Tu Long à Michel Foucault.

Dans ce livre d’initiation d’une grande profondeur littéraire, il nous invite à repenser la nature, l’art, la philosophie et la religion à la lumière du taoïsme, et nous fait découvrir les liens secrets qui unissent le sage des montagnes sacrées au paysan ardéchois.

Présentation

« Je me demande si une seule personne se souvient encore de moi. Depuis le temps que je ne communique plus avec le monde extérieur, j’ai certainement fini par être rayé de tous les carnets d’adresses et même de la mémoire de ceux qui m’ont connu. Tant mieux. Effacer ses traces est un principe taoïste auquel j’adhère sans remords ».
Après avoir côtoyé les milieux taoïstes de Chine pendant plusieurs années, Patrice Fava, sinologue et anthropologue, se retire dans son ermitage ardéchois, une ancienne ferme dont il entreprend de faire un cabinet de travail, un temple taoïste et un observatoire de la nature. Il y tient son journal en forme de promenade intellectuelle, dans lequel il fait dialoguer l’Orient et l’Occident, les grands représentants de la culture chinoise et les penseurs de notre modernité, d’André Breton à Michel Foucault. Pour l’ermite taoïste de l’Ardèche, il faut repenser, à la lumière du taoïsme, la nature, l’art, la philosophie et la religion, pour sortir des impasses dans lesquelles se complait l’homme moderne et renouer les fils que la société industrielle a sectionnés. Au XVIe siècle, Tu Long écrivait : « Il est facile de parler du Tao, mais il est difficile de le pratiquer. Si on l’ignore, on est comme un aveugle qui cherche son chemin, mais le comprendre sans le pratiquer, c’est comme dessiner une galette pour apaiser sa faim ». A la fois manifeste et traité de savoir-vivre, ce livre entend aborder le taoïsme du point de vue théorique et pratique.

Plus d’informations


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.