La Transition écologique en Chine. Mirage ou « virage vert » ?

Stéphanie Monjon et Sandra Poncet. La transition écologique en Chine : mirage ou « virage vert » ?. Paris : Editions Rue d’Ulm, 2018.  176 p. (Coll. du CEPREMAP ; 47). ISBN-978-2-7288-0601-0

Résumé

Début 2018, la Chine a mis en œuvre une nouvelle loi fiscale sur la protection de l’environnement, loi qu’elle présente comme une étape clef de sa transition écologique. Le premier pollueur mondial annonce ainsi en fanfare à la communauté internationale son virage environnemental et son ambition de devenir un champion de l’écologie. Après des décennies de croissance effrénée où les considérations environnementales étaient soit ignorées soit délibérément bafouées, l’État central semble avoir été contraint de réagir face à la crise environnementale inédite que connaît le pays.
Comprendre la diversité, l’intensité et les causes des problèmes environnementaux auxquels la Chine est actuellement confrontée est un préalable indispensable pour apprécier la capacité du pays à adopter un modèle de développement plus durable. Le cocktail toxique d’une croissance économique rapide, axée sur l’industrie lourde et alimentée par le charbon, n’a jusqu’à très récemment pas été remis en cause.
L’analyse de la structure de production chinoise et de la consommation énergétique du pays s’inscrit en faux contre la représentation d’une Chine pleinement engagée dans une transition écologique. Au contraire, les politiques de relance menées par le gouvernement depuis le milieu des années 2000 ont amplifié les conséquences négatives de la forte croissance économique en donnant plus de poids à l’industrie lourde, très énergivore et polluante.
L’inflexion des politiques environnementales chinoises, dont semble témoigner la nouvelle loi fiscale de 2018, est ainsi tellement récente que tous les scénarios sont encore ouverts, les plus optimistes comme les plus pessimistes. Les auteures passent en revue les évolutions politiques et sociétales porteuses d’améliorations à venir, mais soulignent également l’ampleur des résistances et des difficultés pratiques qui existent encore. Faire primer la protection de l’environnement auprès d’une population qui touche à peine du doigt l’accès aux modes de consommation occidentaux reste un défi à relever. Autant d’éléments avec lesquels la Chine devra composer pour que le « virage vert » entrepris par l’empire du Milieu ne tienne pas du mirage.

Plus d’informations


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.