Le cinéma de (mauvais) genre taïwanais

Rétrospective à la Cinémathèque française, du 17 avril au 2 mai 2019. Une quinzaine de films des années 60-70 seront projetés, auxquels s’ajouteront des rencontres et des conférences (Wafa Ghermani, Corrado Neri).

Cet événement est organisé par Wafa Ghermani (spécialiste du cinéma taïwanais, chargée d’événements culturels à la Cinémathèque française), en partenariat avec le Taiwan Film Institute et le Centre Culturel de Taïwan à Paris.

Présentation

Du cinéma taïwanais, on ne connaît que la Nouvelle Vague des années 1980, en rupture avec le cinéma de propagande, les romances et la nostalgie d’une Chine perdue. Pourtant, un certain cinéma a toujours rusé avec la dictature qui tentait d’imposer une norme via ses studios nationaux. Dès les années 1960, un cinéma marginal voit le jour, revendiquant la langue taïwanaise, le hoklo, contre le mandarin officiel, une esthétique foutraque, une transgression permanente, des héroïnes de choc contre le modèle « chinois » confucéen-machiste. Il connaît ses derniers feux avec ce que l’on a appelé les « films noirs », films de violence sociale en miroir d’une dictature au bord de l’effondrement. Découverte en une quinzaine de films.

Voir la suite de la présentation par Wafa Ghermani sur le site de la Cinémathèque française

Programmation

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search