“Ce que je dis il faut le croire, mais il ne faut pas tout croire”


“‘Ce que je dis il faut le croire, mais il ne faut pas tout croire’. Les consultations d’un moine taoïste lecteur d’oracles et de blocs divinatoires en Chine centrale”. Intervention d’Adeline Herrou dans le cadre du séminaire « Spécialistes, maîtres et experts en Asie. Vers une anthropologie des modes de consultation » (Caterina Guenzi, Cécile Guillaume-Pey et Paul Sorrentino).

Date

  • Mardi 21 mai 2019, 15h-17h

Lieu

  • EHESS (salle A05-51) –
  • 54 bd Raspail – 75006 Paris

Résumé

Dans la région de Ziyang, au Shaanxi, en Chine centrale, les gens vont nombreux dans les temples pour exprimer des vœux et interroger les dieux par l’entremise du jet de blocs divinatoires (wengua) et du tirage de fiches oraculaires en bambou (chouqian). Pour comprendre les modalités et les enjeux de cette pratique, nous tenterons dans cette présentation d’entrer dans le détail d’une série de séances durant lesquelles des requérants très divers sollicitent un vieux moine taoïste dans un petit temple de village. Habitants de la bourgade ou personnes venues de plus loin pour le rencontrer, les difficultés exprimées sont de tous ordres. Les interprétations données par ce moine et l’analyse qu’il porte lui-même sur le sens des réponses qu’il peut fournir contribueront à décrypter les techniques rituelles complexes mobilisées et ce qu’elles visent à transformer. En questionnant la mécanique des consultations dans ce contexte, il s’agit de prendre le temple comme un observatoire singulier des problèmes rencontrés dans cette société en pleine mutation et d’interroger la figure du maître taoïste au regard du rôle qui lui est conféré.

Plus d’informations sur le séminaire : https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2869/

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.