Artistes et pouvoirs à Taiwan : l’exemple de Mei Dean-E

Corcuff, Stéphane et Marie Laureillard. Artistes et pouvoirs à Taiwan : l’exemple de Mei Dean-E. Asia Focus, n° 119 (septembre 2019), 37 p. URL : https://www.iris-france.org/notes/artistes-et-pouvoirs-a-taiwan-lexemple-de-mei-dean-e/ (consulté le 20 septembre 2019)

Résumé

Artiste né en 1954 à Taiwan de parents chinois venus du Continent, Mei Dean-E se définit lui-même comme un « artiste politique ». À travers son œuvre inspirée à la fois du Dada et du Pop Art qu’il a étudiés de près pendant ses études à New York, il questionne sans relâche les diverses formes de pouvoir, dont il déconstruit les emblèmes et les discours. Cet article étudie comment, à l’aide de multiples stratégies visuelles, il explore les arcanes du pouvoir politique et économique, et comment il y oppose un contre-pouvoir par l’image, à laquelle, dans la lignée de l’art conceptuel, il associe souvent le langage, dans une réflexion qui touche à l’identité, à la nostalgie, à l’hybridité identitaire, mais où le politique est l’un des thèmes qui domine largement, revenant sans cesse, que ce soit concernant Taiwan ou la Chine communiste que ses parents ont fui. Souvent inattendu, toujours grinçant, Mei est un artiste toujours non exposé en Chine. S’il n’est pas victime directement de censure, c’est qu’il ne cherche pas particulièrement à y exposer, conscient de l’impossibilité d’y présenter son œuvre, critique autant des Nationalistes que des Communistes chinois, et Mao Zedong en particulier. Dans le contexte singulier des relations entre Chine et Taiwan, et dans un pays où la nation et ses frontières sont toutes sauf aisées à définir, mais où le consensus va croissant sur son état de nation, le travail de Mei, qui se définit comme « artiste taiwanais » est un apport artistique de grande valeur à la réflexion sur les thèmes croisés du pouvoir et de l’identité.

Lire/Télécharger l’article (accès libre)

Voir aussi

  • DOI: 10.1386/jcca.3.1-2.91_1Laureillard, Marie. The Taiwanese artist Mei Dean-E and the concept of Chineseness. Journal of Contemporary Chinese Art,, 2016, vol. 3, n°1 (1 & 2), pp. 91-109.

    Peut être téléchargé sur la page Academia.edu de l’auteur

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search