Collecte de films amateurs tournés en Chine (Chinese people – 中国人)

Family Movie, une société de numérisation de films argentiques de famille, a mis en place une collecte de films amateurs tournés en Chine dans les années 70 et 80. Hong Yi (master d’anthropologie, EHESS) fait partie de l’équipe projet pilotée par Arnaud Le Canu.

Family Movie soutient aussi le projet du photographe Thomas Sauvin, créateur de la base Beijing Silvermine. Cette base a fait l’objet d’une présentation en mars 2016 dans le séminaire de Caroline Bodolec et Jacqueline Nivard, « Images fixes et animées pour l’histoire et l’anthropologie de l’Asie Orientale. En quoi le numérique a-t-il bouleversé nos pratiques ?» (voir le billet sur Cultures chinoises).

Présentation

Avez-vous tourné des films 8 mm, Super 8, 9.5 mm ou 16 mm en Chine entre 1970 et 1990 ?

Fin 1978, la Chine s’est ouverte au monde et quelques voyageurs ont su profiter de cette opportunité pour ramener des images de la vie quotidienne des Chinois. Les caméscopes n’existaient pas à cette époque. Les voyageurs partaient avec leurs caméras 8 mm ou super 8 et leur cartouche de 4 minutes de film à faire développer en rentrant dans leur pays.

L’activité de l’entreprise Family Movie (Paris) consiste à numériser les films argentiques de famille, dont les plus anciens datent des années 1920 en 9.5 mm Pathé Baby.

Les premiers films amateurs argentiques sur La Chine que Family Movie a collecté datent de 1979 – les souvenirs de vacances d’un de leur client, M. Bonhomme.

Petit à petit l’idée leur est venue de collecter ces images, ces témoignages filmés d’un pays en pleine mutation, et de les montrer à des Chinois : des jeunes et moins jeunes, des sociologues, des anthropologues, des photographes, des artistes, etc.

Et ensuite pour en faire quoi ?

  • des supports de témoignages : une jeune réalisatrice chinoise a déjà commencé à réaliser des interviews. Son approche permet de faire remonter à la mémoire des chinois qu’elle rencontre, des histoires de vie qui intéressent les seconde et troisième générations. L’objectif à terme est de réaliser une Web série;

  • des expositions et des collaborations entre artistes ;

  • des projections dans des musées ;

  • tisser des liens avec les régions qui ont été filmées ;

  • rechercher des personnes présentes sur les films ;

  • alimenter des études sociologiques et anthropologiques.

En savoir plus sur la collecte

En savoir plus sur le projet

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search