Mémoire et images : nouveaux regards sur l’ennemi ou le colonisateur japonais dans la représentation cinématographique

Art et Mémoire

Cycle de conférences organisé par Emmanuel Lincot et Samia Ferhat

Pénétrés d’idéologie et de valeurs, les cadres de la mémoire recouvrent des notions et des images dans leurs acceptions les plus diverses. Mémoire collective, mémoire individuelle, politique de la mémoire s’intègrent à des réalités spatio-temporelles qu’il nous appartient de définir dans le contexte mouvant du monde contemporain chinois. Tentant de mener une réflexion sur les dynamiques qui lieraient entre eux les espaces artistiques et mémoriels, nous nous interrogerons par le biais des textes et des auteurs, ainsi qu’au travers d’exemples précis tirés du cinéma, de la peinture et des objets d’art, sur la pertinence des approches proposées par la sociologie et l’histoire.

  • Lundi 6 juin 2011 – 18h00/20h00 – Salle C 24

Samia Ferhat (Maître de conférences – Paris Ouest – Nanterre), Nouveaux regards portés sur l’ennemi ou le colonisateur japonais à travers la représentation cinématographique

Il n’est pas d’usage que l’histoire officielle retienne les épisodes intimistes des parcours individuels. Généralement absentes des manuels scolaires et des narrations patentées, ces tranches de vie n’en appartiennent pas moins à la mémoire collective ; et c’est souvent  par le biais de la création artistique qu’elles trouvent place dans l’espace public.

Le cinéma est à ce propos un vecteur particulièrement puissant. Révélateur potentiel d’une réalité sociale jusqu’alors ignorée ou négligée, le film peut avoir un fort impact sur les sensibilités collectives. De fait, il est à même, comme le propose Marc Ferro,  de  présenter, même si souvent de façon involontaire, une « contre-analyse de la société ». Quelles que soient les représentations posées et instituées qu’une société a d’elle-même et de son parcours, les productions cinématographiques risquent, en effet, d’en proposer de nouvelles, susceptibles de les concurrencer. Si ces représentations ne contredisent pas nécessairement le récit communément admis, elles le nourrissent de nouveaux possibles interprétatifs dont l’œuvre cinématographique, par sa densité émotionnelle, vient enrichir l’imaginaire du spectateur.

Depuis la capitulation du Japon en août 1945, s’est cristallisée dans la mémoire collective une vision particulière de ce pays et de son rôle dans la guerre qui, en Asie orientale, l’a opposé à la Chine et ses alliés, alors que depuis la fin du 19 ème siècle, son destin était lié à celui de Taïwan. A travers l’analyse de films chinois, taïwanais  et américains, nous discuterons de la façon dont le cinéma explore ces moments du passé, et en propose une nouvelle lecture, par le regard attentif posé sur ses protagonistes, le plus souvent restitués dans leur singularité, et leur intimité, au-delà de toute fixation stéréotypée.

Lieu : FASSE, 24, rue Cassette Paris 6ème, salle C24
Entrée libre


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.