Livres de morale révélés par les dieux, Vincent Goossaert

Livres de morale révélés par les dieux. Traduit du chinois, présenté et annoté par Vincent Goossaert, Paris, Les Belles Lettres, 2012. XLIV – 400 p. Fiche technique des Belles Lettres

Les livres de morale, shanshu 善書 sont encore peu étudiés et traduits en langues occidentales en dépit de leur importance fondamentale dans la pratique sociale, éthique et religieuse de la Chine moderne, depuis le XIIe siècle jusqu’à nos jours. On peut les définir comme des ouvrages consacrés à exhorter leurs lecteurs, par le raisonnement et l’exemple, à se conduire vertueusement. Ces exhortations se fondent sur la notion, commune à l’ensemble de la religion chinoise, de la rétribution morale des actes (bao 報), notion que l’on trouve également exprimée, quoique sur des bases théologiques distinctes, dans les classiques des Trois enseignements (confucianisme, bouddhisme et taoïsme). Par religion chinoise, il faut entendre l’ensemble des croyances et pratiques faisant appel aux ressources (textes, clergés, rites, symboles) des Trois enseignements tout en étant le plus souvent largement indépendants. Les livres de morale, en accord avec les trois religions, affirment que tout acte vertueux (shan 善) entraîne, immédiatement ou à terme, des conséquences favorables — des bénédictions, fu 福 —, tandis que les actes vicieux (e 惡) entraînent des conséquences défavorables — des malédictions, huo 禍. Ils mettent en garde le lecteur contre les punitions qu’entraînent les péchés et les enjoignent à faire leur salut en détaillant de façon concrète un programme de vie pure menant à une bonne mort voire à la divinisation. Leurs thèmes principaux de réflexion sont le respect des dieux et des règles de pureté rituelle qui leur sont associées, la libre circulation des êtres et des biens ainsi que les Cinq normes sociales, très marquées par le confucianisme, qui déterminent les liens entre parents et enfants, mari et femme, frères aînés et cadets, souverain et sujet, ami et ami.

Vincent Goossaert est historien, directeur d’études à l’EPHE et directeur adjoint du GSRL (Groupe Sociétés, Religions, Laïcités, EPHE-CNRS). Il travaille sur l’histoire sociale de la religion chinoise moderne, et s’intéresse particulièrement au taoïsme, aux spécialistes religieux, aux politiques religieuses et à la production des normes morales. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages seul ou en collectif, dont La Question religieuse en Chine (avec D.A. Palmer, 2012).

(4e de couverture et présentation de l’éditeur)

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search