À propos de Pékin 798 ?

Propos recueillis par Catherine Choron-Baix et Franck Mermier

Marc Abélès, « À propos de Pékin 798 ? », Transcontinentales [En ligne], 12/13 | 2012, document 2, mis en ligne le 30 août 2012, consulté le 17 février 2013. URL : http://transcontinentales.revues.org/1315

Transcontinentales : Il nous a semblé qu’il y avait dans votre livre de nombreuses allusions à votre histoire personnelle.

Marc Abélès : La première chose à dire est que n’étant ni un spécialiste de la Chine, ni de l’art contemporain, il peut sembler paradoxal que j’aie commencé à travailler sur ces questions. Je crois que lorsque je me suis rendu là-bas en 1998, j’ai été capté par un lieu, comme cela peut arriver parfois. D’emblée, le fait de me retrouver dans cet espace où coexistaient le monde ouvrier et l’art contemporain, un système capitaliste évolué d’un côté et, de l’autre, une atmosphère de travail, c’était assez frappant. Il y avait aussi l’architecture de cette usine construite dans les années 1950 par les Allemands de l’Est de l’école du Bauhaus. Tous ces éléments pris ensemble m’ont captivé. Et, comme je travaillais sur la question de la globalisation et en particulier sur celle de la dialectique entre le global et le local, cette situation était tout à fait propre à produire un travail sur ce genre de question. Voilà le point de départ, le contingent. Certes, au fur et à mesure de la progression de l’enquête, je rejoignais des choses assez personnelles et ce livre me tient à cœur parce que je m’y implique personnellement. Ce n’est pas une monographie ethnographique classique dans le sens où, tout au long du livre, je reste impliqué. C’est aussi un livre construit dans des formes de dialogues et d’interactions avec les gens qui se trouvaient dans cette usine à un titre ou à un autre, ouvrier, artiste ou galeriste. Chaque histoire individuelle, assez complexe et assez fascinante, me renvoyait à des questions personnelles. J’ai également beaucoup dialogué avec la personne qui était mon interprète, Mengchan Zhang, avec laquelle j’ai beaucoup travaillé et qui appartient à une génération de jeunes chinoises qui n’ont pas connu la Révolution culturelle, qui n’en ont pas la mémoire. Elle a, elle aussi, découvert, à partir de ce travail, une partie de son passé. Donc, tout cela est assez prenant. Il s’agit d’une découverte par quelqu’un qui est d’une génération très différente, de toute une zone qui jusqu’alors lui était complètement étrangère.

Lire de le texte intégral de l’article sur Transcontinentales

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.