La redécouverte de la carte de Selden

La redécouverte, en 2008, de la carte de la Chine de Selden (Bodleian Library, Oxford) a fait l’objet de deux publications cette année, un article de Robert Batchelor d’abord, puis un livre de Timothy Brook, l’auteur de Vermeer’s hat (Le chapeau de Vermeer).

Cette carte, dont on ne connaît ni l’auteur ni le commanditaire, mais que l’on date du début du XVIIe siècle, soit de la fin des Ming, avait appartenu à l’homme de loi et orientaliste anglais John Selden (1584-1654). Ses héritiers en firent don à la Bodleian Library d’Oxford en 1659. Mentionnée dans un catalogue de la bibliothèque en 1721, elle ne retint que peu l’attention de ses contemporains et traversa ainsi plus de trois siècles avant d’être redécouverte par hasard en 2008 par Robert Batchelor (Georgia Southern University), qui aussitôt en mesura l’importance et l’originalité. Il y remarqua en effet des lignes ténues signalant les routes maritimes, ainsi que des relèvements à la boussole à partir du port de Quanzhou, dans le Fujian, en direction des ports de l’Asie orientale et de l’Asie du sud-est et d’une partie de l’Inde.

Dûment restaurée en 2011, la carte fit la même année l’objet d’un colloque à la Bodleian Library d’Oxford où elle est, depuis, de nouveau proposée à la consultation (MS. Selden Supra 105).

Alors que pour Robert Batchelor,

The rediscovery of the Selden Map of China in the Bodleian Library in 2008 provides an opportunity to reassess the history of Chinese cartography and debates about maritime dimensions of the Ming Empire. The map depicts a network of Chinese shipping routes, reaching from Japan to Aceh, Sumatra, and suggests previously unknown map-making techniques. In this article attention is drawn  to the map’s unique components, notably its portrayal of shipping routes and vegetation, consider its sources, and suggest a possible patron and location of composition,

Timothy Brook, partant de la carte, s’attache plutôt à explorer l’époque de sa création, le XVIIème siècle, “une époque de créativité et de changement remarquables”, tout en brossant un tableau des relations qu’entretenaient alors la Chine et l’Europe. Il note d’emblée la position inhabituelle de la Chine sur la carte, qui n’est plus représentée au centre comme on aurait pu s’y attendre : la mer de Chine méridionale occupe ici cette place. À l’instar de Robert Batchelor, l’auteur s’efforce de retracer l’origine et le rôle de ce document, énigmatique à bien des égards. Servi par une grande érudition et un art consommé du récit, son ouvrage dévoile peu à peu les secrets du “vanished cartographer”.

Références

  1. Batchelor, Robert (2013). The Selden map rediscovered: a Chinese map of East Asian shipping routes, c.1619. Imago Mundi : The International Journal for the History of Cartography, 65(1), pp. 37-63. Texte intégral sur Academia.eu [consulté le 3 décembre 2013]
  2. Brook, Timothy (2013). Mr. Selden’s map of China : decoding the secrets of a vanished cartographer. New York : Bloomsbury, 211 p. ISBN: 978-1-62040-143-9.

Voir aussi

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15 juin 2014

    […] La redécouverte de la carte de Selden. Chin’Electrodoc (9 décembre 2013). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search