Wu Ming-yi, un roman écolo sur la pollution et le « septième continent »

Mialaret, Bertrand. Wu Ming-yi, un roman écolo sur la pollution et le « septième continent ». Mychinesebooks, 28 juin 2014. Consulté le 30 juin 2014 sur : http://mychinesebooks.com/frwu-mingyi-roman-colo-sur-la-pollution-le-septime-continent/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+mychinesebooks+%28My+chinese+books+feed%29

Wu Ming-yi (2)On parle depuis longtemps de continents de déchets de plastique flottant sur les océans. Ces détritus sont concentrés dans des zones où convergent différents courants marins. Depuis 1997, plusieurs expéditions scientifiques ont repéré une zone de plusieurs millions de km2 dans l’océan Pacifique à 1000 km au nord de Hawaii (1); les poubelles de notre société de consommation…

C’est une île de déchets de plastique qui est l’un des thèmes majeurs d’un bon roman « L’homme aux yeux à facettes » de l’écrivain taiwanais Wu Ming-yi.

1-En 2029, un tsunami de plastique..

Rien de futuriste ni dans la technologie ni dans le style de vie en 2029 mais l’environnement de la côte est de Taiwan s’est beaucoup dégradé. C’est une des réussites de l’auteur que de marier un peu de rêve avec une conscience politique aiguë sur le désintérêt de la société vis-à-vis de l’environnement et les risques courus par l’identité taiwanaise.

C’est bien évidemment un livre sur les relations entre l’homme et la nature, mais aussi sur les aborigènes de Taiwan et leur rencontre difficile avec la modernité. Le rôle des civilisations aborigènes à Taiwan est devenu un thème important pour une nouvelle génération de romanciers et a produit notamment un livre majeur, « Les survivants » de Wuhe (2).

Le roman de Wu Ming-yi nous entraîne en parallèle sur deux îles, Wayo Wayo, un atoll paradisiaque des mers du sud et la côte est de Taiwan. A Wayo Wayo, les ressources sont insuffisantes et le deuxième fils de chaque famille, à l’âge de quinze ans, doit construire un bateau et partir sans espoir de retour. Atilei quitte donc l’île et sa fiancée Rasula; la tempête lui fait accoster une curieuse île qui flotte, des monceaux de déchets.

Lire la suite sur Mychinesebooks

 

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. charlene3 dit :

    Une vraie prise de conscience sur les méfaits du plastique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search