Une poétique du charabia ?

Durand-Dastès, Vincent. Une poétique du charabia ? Carnet d’Asies, 29 avril 2015. URL : http://asies.hypotheses.org/437 (Consulté le 30 avril 2015)

J’ai vu récemment le film d’Antoine Boutet, « Sud Eau Nord Déplacer », dont je tiens à dire en commençant à quel point je l’ai trouvé beau et émouvant. Le film visite en une longue randonnée les lieux et les acteurs impliqués dans le méga-projet hydraulique lancé par le gouvernement chinois et qui prévoit un transfert massif, via la construction d’un réseau de canaux géant, des abondantes ressources hydrauliques de Chine du sud vers les terres souvent affligées de sécheresse du nord. Antoine Boutet mène le spectateur du plateau de lœss jusqu’aux confins du Tibet en passant par les vallées du bassin du Fleuve Bleu. Entre autres qualités, le film est remarquable par son souci constant de traduire pour le public français les paroles énoncées par les gens impliqués, volens nolens, dans le projet cyclopéen. Les interventions des protagonistes, qu’ils soient paysans expulsés, cadres locaux, technocrates responsables du projet ou intellectuels critiques sont scrupuleusement sous-titrées. Au-delà même, il n’est pas un slogan peint sur un mur, une banderole accrochée sur un chantier qui ne fasse, dès qu’elle apparaît à l’écran, l’objet d’un sous-titrage. Bref, le souci de donner le maximum d’intelligibilité aux propos et slogans nés autour de ce vaste projet mégalomaniaque est constant et doit être salué. Qu’on ne prenne donc pas en mauvaise part les remarques qui vont suivre, et qui ont simplement pour point de départ le titre choisi par le réalisateur.

La locution Nan shui bei diao 南 水北調, qui est le nom officiel chinois du projet hydraulique, est rendue en français par un exotique et un peu mystérieux « Sud Eau Nord Déplacer ». Le dossier de presse du film1 et à sa suite la plupart des critiques publiées notent qu’il s’agit « de la traduction littérale » du slogan sous l’égide duquel se déploie le chantier cyclopéen2. Seul le critique de Libération manifeste quelque étonnement à cet égard : « ‘Sud Eau Nord Déplacer’ est la transcription littérale de Nan Shui Bei Diao, ce qui ne nous avance pas beaucoup mais qui, en mandarin, définit le plus gros projet de transfert d’eau au monde.»3 Notons que le journaliste de Libé remplace au passage le terme de « traduction » par un plus judicieux « transcription ». Car peut-on en effet parler ici de « traduction littérale » ? Le terme semble pour le moins mal employé. À la différence du français « Sud eau nord déplacer », la locution Nan shui bei diao n’a rien, en chinois, d’agrammatical. Elle est composée d’un groupe nominal nan shui, où, selon la règle du chinois, le déterminant précède le déterminé, et qui peut se rendre donc par « les eaux (shui) méridionales  (nan) ». La seconde partie de l’expression est un groupe composé du verbe diao (déplacer, transférer) précédé d’un morphème (bei, le nord) qui prend de par sa position syntaxique une valeur adverbiale « vers le nord, en direction du nord ». Bref, la phrase se traduit aisément par « déplacer vers le nord les eaux méridionales », ou, si l’on préfère pour un titre une locution nominale,  « le transfert vers le nord des eaux du sud » ou « déplacement septentrional des eaux méridionales » ; on pourrait proposer encore d’autres traductions, mais elles prendraient toutes, je le crains, une lourdeur technocratique qui, certes, ne déparerait pas le gigantisme du projet hydraulique, mais feraient perdre à la formule chinoise son efficace concision. On comprend que cela n’ait Sud eau nord déplacerguère paru séduisant au réalisateur, et qu’il ait opté pour une locution plus poétique, au risque de l’inintelligibilité.

On doit aussi ajouter que le choix du titre du film a été en partie dicté par des raisons liées au graphisme de son affiche, elle aussi d’une grande qualité esthétique : les sinogrammes de l’expression chinoise y figurent, alignés verticalement, en vis à vis de leurs équivalents français – qui forment du coup la version du titre dans cette dernière langue. Mais, comme l’ordre de la phrase chinoise est ici l’inverse de celui de la phrase française, cette transcription mot à mot donne une phrase qui n’est plus grammaticale en français: « Sud eau nord déplacer ».

La tentation du mot à mot

Tout ceci rappellera aux sinisants amateurs de littérature classique chinoise une vieille tentation, un vieux dilemme : la phrase en chinois classique, caractérisée par sa concision, faisant le plus souvent l’économie des conjonctions de coordinations et autres prépositions, prend en traduction française une ampleur qui peut tirer vers un pesant terre-à-terre la grâce souvent aérienne de l’original.

Lire l’intégralité du billet sur Carnet d’Asies

 Page personnelle de Vincent Durand-Dastès  sur le site de l’INALCO

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.