Masculinités et migrations chinoises

Florence, Eric. Masculinités et migrations chinoises. La Vie des idées, 14 mai 2015. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Masculinites-et-migrations-chinoises.html (consulté le 20 mai 2015)

Les travailleurs migrants et la quête de la modernité

arton3043-64a63L’idée que l’étude des expériences des travailleurs migrants doit permettre de comprendre de façon plus critique le projet de « modernisation néolibérale » et les mutations de la société chinoise post-maoïste est au cœur du présent ouvrage. L’auteur s’intéresse à la question des tensions entre les attentes normatives de l’État et des élites chinoises envers les travailleurs migrants d’une part, et aux modalités de constitution de leur identité d’autre part, proposant une approche complexe de « la capacité d’agir » (agency) des migrants. Une des originalités du livre est notamment de s’interroger sur les processus de construction de l’identité des travailleurs migrants de sexe masculin travaillant dans des environnements majoritairement féminins. Les études traitant des femmes migrantes partent en général du postulat que les hommes occupent une position supérieure sur le plan hiérarchique dans la société patriarcale. Lin Xiaodong souligne que si l’on conçoit le genre comme étant historiquement et socialement construit, les masculinités des hommes migrants se construisent dès lors en relation avec les féminités, ce qui implique une certaine instabilité au niveau des processus de construction identitaire. Fondant son approche sur les théories féministes poststructuralistes, l’auteur en appelle à une conception dynamique de la construction des genres et à leur meilleure prise en compte dans l’étude des migrations.

Le tournant post-maoïste des réformes économiques a non seulement enclenché un vaste ensemble de transformations socioéconomiques et sociétales majeures telles que la marchandisation de la main d’œuvre, la diversification des régimes de travail, l’urbanisation ou le développement de la consommation, il modifie également les régimes de représentation et la politique des identités à l’œuvre au sein de la société chinoise contemporaine. C’est en fait l’ensemble de la structure sociale ainsi que la mobilité sociale qui sont transformées et qui « ouvrent un espace imaginaire au sein duquel la nation est projetée » (p. 9). Les façons de rendre compte de la mobilité sociale ont été profondément modifiées avec l’avènement des réformes économiques, le discours sur les classes sociales de l’époque maoïste faisant place à une rhétorique mettant résolument l’accent sur le développement des forces productives, sur la nécessaire élévation de la « qualité de la population » (renkou suzhi) et sur l’impératif de transformation individuelle pour s’adapter aux contraintes d’un marché du travail de plus en plus compétitif. Cette rhétorique permet également de produire une série de hiérarchisations des individus, des groupes et des territoires.

Lire la suite

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search