Voyages immobiles. Les peintures narratives des XVIe et XVIIe siècles en Chine

Laurent, Cédric. Voyages immobiles: les peintures narratives des XVIe et XVIIe siècles en Chine. Préface de Michèle Pirazzoli. Paris : Les Belles Lettres, 2016. 260 p. (« Le cabinet des images »). ISBN : 978-2-251-44520-5

Voyages immobilesLa représentation de récits a intéressé les Chinois dès l’antiquité, mais le bouddhisme médiéval, en apportant les anecdotes de la vie du Buddha et de ses vies antérieures (jâtaka), constitua une étape décisive dans le développement de l’art narratif pictural chinois. En ce qui concerne la culture profane, si le nom de Gu Kaizhi (v. 345-v. 406) reste jusqu’à nos jours étroitement lié aux débuts de la peinture narrative sur rouleau, il est en fait assez difficile de se prononcer sur l’importance effective de son travail. C’est la cour des Song (960-1276) qui commanda les modèles « classiques » de la peinture narrative chinoise. Réalisées par Li Gonglin (1041-1106), Ma Hezhi (1130-1180), Zhao Boju (m. v. 1162) ou Zhao Bosu (1124-1182), ces œuvres marquèrent durablement l’histoire de la peinture. Par la suite le genre semble être tombé en désuétude, mais il fut de nouveau mis au goût du jour aux XVIe et XVIIe siècles. Les peintures narratives profanes de l’époque Ming (1367-1644) sur rouleaux horizontaux, comme celles dont il est question dans ce travail, on été produites par des peintres de l’école de Wu, sous l’impulsion de Wen Zhengming (1470-1559) et de Qiu Ying (c. 1494-1552) dès les années 1520.

Cette étude nous conduit dans le cercle des relations de Wen Zhengming, puis ouvert au monde de la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle. L’Ecole de Wu était un milieu particulièrement favorable à la renaissance de la peinture narrative

Le corpus présenté se compose ainsi des illustrations de sept textes à chacun desquels est consacré un chapitre :

L’Ode à la nymphe de la rivière Luo de Cao Zhi 曹植 (192-232)

La Seconde ode à la Falaise rouge de Su Shi 蘇軾 (1036-1101)

Le Récit de la Source aux fleurs de pêcher de Tao Yuanming 陶淵明 (372-427)

Le Chant du retour de Tao Yuanming

L’Ode au Parc impérial de Sima Xiangru 司馬相如 († 118 av. J.-C.)

En méditation dans la montagne les jours s’allongent de Luo Dajing 羅大經 (XIIIe s.)

Le Récit du Kiosque du Vieillard ivre de Ouyang Xiu 歐陽修 (1007-1072)

Dans chaque cas les différentes peintures conservées sont décrites, analysées et éventuellement confrontées à des versions plus anciennes. La provenance des œuvres, leur authenticité et les sources textuelles relatives sont ensuite étudiées afin d’interpréter les œuvres.

Sommaire de l’ouvrage


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.