Le daimôn grec avant Platon et le gui chinois pré-Qin

Soutenance de thèse de Pan Yiting, doctorante à l’EPHE, préparée sous la direction de M. François de Polignac et de M. John Lagerwey.

Titre de la thèse : « Le daimôn grec avant Platon et le gui chinois pré-Qin : étude comparée de la créativité et création de traditions religieuses ».

Date

  • Jeudi 7 janvier 2016, à 14 h

Lieu

  • INHA – salle Grodecki, 2 rue Vivienne – 75002 Paris
    ( Métro 3 station Bourse ou Métro 14 station Pyramides)

Composition du jury

  • M. François de Polignac, Directeur d’études, EPHE (directeur de la thèse)
  • M. John Lagerwey, Directeur d’études cumulant, EPHE (directeur de la thèse)
  • M. Romain Graziani, Professeur, École Normale Supérieure de Lyon
  • M. Marc Kalinowski, Directeur d’études cumulant, EPHE
  • Mme Vinciane Pirenne-Delforge, Directrice de recherche, FNRS/Université de Liège
  • M. Andrei Timotin, Chargé de recherche, Académie roumaine

Résumé

Ce travail porte sur deux mots particulièrement liés aux pensées religieuses anciennes : le mot « daimôn » dans la Grèce avant Platon et le mot « gui » dans la Chine pré-Qin. Comme le « daimôn » qui devient le « démon » maléfique, le « gui » aujourd’hui péjoratif ne l’est pas nécessairement dans la langue ancienne, mais ces deux termes sont intéressants notamment en raison de leur polyvalence et leur ambiguïté. Pour montrer tous les aspects importants du mot « daimôn » et du mot « gui » ainsi que les points de connexion entre ces deux mots à facettes, nous avons essayé de tracer le parcours de ces deux mots à travers les sources anciennes. Ces analyses montrent d’une part la vitalité et la créativité des traditions anciennes qui ont exercé de fortes influences sur l’emploi du mot « daimôn » et d’autre part, la création complexe et probablement relativement tardive de la tradition « gui-esprit/mânes ». Par l’intermédiaire de ces deux mots, la comparaison entre la Grèce et la Chine ancienne en ce qui concerne les traditions religieuses nous mène également à des réflexions sur la relation entre les langues et les traditions. La continuité des langues transforme les créations en traditions et elle apporte aussi la créativité aux traditions déjà créées.

Plus d’informations

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search