Rétro Taiwan : le temps retrouvé dans le cinéma sinophone contemporain

Neri, Corrado. Rétro Taiwan : le temps retrouvé dans le cinéma sinophone contemporain. Préface de Stéphane Corcuff. Paris : L’Asiathèque, 2016. 367 p. (Coll. “Études formosanes”). ISBN : 978-2-3605-7065-2

RétroTaiwanL’imaginaire rétro peut contribuer à créer la nostalgie d’un univers disparu et mythifié, mais la « manie vintage » illustre peut-être aussi une anxiété vis-à-vis d’un monde qui change trop vite et où le tout-disponible perpétuel peut enrichir, mais également inhiber, l’imaginaire contemporain. À Taïwan, la manie vintage illustre une des plus évidentes et des plus riches stratégies par laquelle la culture de Taïwan s’insère dans un agencement productif avec le reste du monde. Mais elle a beaucoup à voir avec l’histoire propre de l’île : en évoquant de manière obsessionnelle les décennies qui ont suivi la levée de la loi martiale en 1987, décennies toutes proches donc, passé tout juste disparu mais encore vivant, le vintage peut se décliner comme nostalgie ou comme protectionnisme, comme manque de confiance en l’avenir ou comme critique implicite de ce qu’est finalement le présent (par rapport à ce qu’il aurait pu être), ou encore comme marque introspective et comme fétichisation de l’avant-numérique, avant le flux infini et vertigineux de la Toile. Enfin, elle a à voir aussi avec la relation que Taïwan entretien avec la Chine, dans ce monde sinophone qui est le cadre de cette étude : dans la production filmique taïwanaise, reconstruire un passé fétichisé peut aussi être un outil pour définir des stratégies d’infiltration thématique et idéologique dans le marché chinois, pour exprimer une résistance vintage répondant à la crainte d’une domination économique et/ou culturelle virulente, pour opposer une expérience singulière et irréductible à l’imposante machine du soft power chinois.

Plus d’informations

Lire aussi

Vidéo

  • Une brève histoire du cinéma taiwanais. Conférence de Corrado Neri, 13 juin 2015. Cinematek. Taiwan film panorama. (Consulté le 3 mars 2016)

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.