Mondes urbains chinois

Urbanités. Chroniques. Mondes urbains chinois. Janvier 2016. URL : http://www.revue-urbanites.fr/mondes-urbains-chinois-edito/(consulté le 8 mars 2016)

 ©Mondes urbains chinois

©Mondes urbains chinois

En ouverture du documentaire de Zhou Hao The transition period, on assiste à une scène qui en dit beaucoup sur la fabrique urbaine en Chine contemporaine. Le secrétaire du Parti Communiste Chinois (PCC) dans le comté de Gushi, dans la province du Henan, s’adresse à deux promoteurs immobiliers dont il soutient le projet pour son comté :

« –  ‘L’immeuble le plus haut de Gushi’, voilà ce qui sera le premier argument de vente ! Et le second, ‘l’immeuble de 33 étages, l’immeuble dynamique’ !

– Brillant, je l’appellerai Building dynamique alors, et nous le vendrons comme le ‘building dynamique’.

– Oui, dynamique ! »

Cet échange capturé par le cinéaste Zhou Hao témoigne du rôle que l’urbanisation joue dans la modernisation de l’économie et du territoire chinois depuis le début de l’ère des réformes et de l’ouverture (1978), en même temps qu’il révèle le rôle que les autorités locales ont dans le développement urbain, et notamment dans les formes parfois spectaculaires ou démesurées qu’il a pu prendre. Construire beaucoup, construire haut, rapidement, pour montrer le dynamisme du développement économique et la capacité des autorités à l’accompagner, voilà une partie des enjeux qui se nouent dans les slogans de vente enthousiastes et hyperboliques du futur projet discuté dans le bureau de Guo Yongchang.

Si la Chine ne peut être qualifiée de pays urbain malgré ses 54,77 % d’urbains, au regard de la part encore importante de la population qui appartient au monde rural (plus de 600 millions de personnes) (Sanjuan, 2012), les villes constituent peut-être plus que jamais dans l’histoire de la République populaire de Chine les enjeux principaux du développement pour les autorités. La poursuite de l’urbanisation constitue encore un des objectifs principaux du treizième plan quinquennal (2016-2020), comme cela a été annoncé à l’issue du cinquième plénum du 18ème Comité central du PCC en octobre 2015 : les autorités ont annoncé vouloir parvenir en 2020 à un taux d’urbanisation de 60 %. Le premier ministre Li Keqiang l’avait également rappelé peu de temps après son arrivée aux commandes en 2013 : les villes doivent être un « moteur essentiel » de la croissance chinoise.

Lire la suite de l’édito et consulter l’intégralité du numéro


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *