Le goût chinois en France au temps de Louis XIV

Hélène Belevitch-Stankevitch, Le goût chinois en France au temps de Louis XIV, Jouve et Cie, Paris, 1910, XLIV+272 pages

couverture-hélène-belevitch-stankevitch-le-goût-chinois-en-france-au-temps-de-louis-xiv-jouve-et-cie-paris-1910

Préface : « L’irrégularité des lignes, les formes contournées et biscornues, caractéristiques du rococo français, mais étrangères à la rocaille italienne, dont la symétrie est le principe fondamental, seraient dues à l’influence de l’art de l’Extrême-Orient : la vue des innombrables meubles, porcelaines et étoffes de la Chine et du Japon, importés en masse, devenus d’un usage quotidien, aurait insensiblement modifié les conceptions des artistes et des artisans, d’abord étonnés, ensuite émerveillés par la beauté bizarre des formes et de l’ornementation orientales.
Si l’on admet cette théorie, la Chine apparaît comme un facteur important dans la formation d’un des plus beaux styles français qui prend naissance à la veille du XVIIIe siècle, puisque c’est aux caprices de l’imagination chinoise que le rococo aurait demandé l’élément principal de sa séduction. »
« Un fait est indiscutable : c’est l’engouement général qui se manifeste dans la seconde moitié du XVIIe siècle pour tout ce qui venait de Chine — bibelots, meubles, étoffes, — une véritable manie de collectionner les porcelaines et les laques, la curiosité de « Lachine », comme on disait alors, qui, suscitant les imitations, créa deux branches importantes de l’industrie française : la fabrication des porcelaines et des meubles vernis. »
« Nous nous sommes appliquée à démontrer la présence d’une foule d’objets de Chine à la cour de Louis XIV, dans les collections des amateurs et en usage chez les personnes de différentes conditions. La mode des étoffes des Indes et de la Chine a été étudiée d’une manière plus particulière, de même que les gravures à sujets siamois et chinois, comme témoignage de l’intérêt que l’on portait alors aux pays de l’Extrême-Orient. » Lire la suite >>>

Extraits : La Compagnie pour les Voyages de la Chine… (1660)
Les étoffes des Indes et de la Chine, importées en Europe – Les Chinois de convention
Lire aussi

L’ouvrage d’Hélène Belevitch-Stankevitch ne contenant pas d’illustration, chineancienne.fr a préparé sur le site Images d’art de la Réunion des musées nationaux un certain nombre d’albums de reproductions relatifs à divers chapitres du livre. Voir à Lire aussi. Par ailleurs, les illustrations de la présente page proviennent quasiment toutes d’Images d’art.

Accéder à l’ouvrage

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search